Marie, Mère de Dieu / Épiphanie Année A

Lc 2, 16-21

2020 une année en gestation

Par le Père Pierre ABRY,

       L’année 2019 a accouché de 2020. Nous vivons le passage à la nouvelle année dans la célébration de la solennité de Marie, Mère de Dieu. Noël débouche sur cette fête, tout comme le temps pascal sur celle de Marie, Mère de l’Église le lundi de Pentecôte, instituée par le pape François le 11 février 2018, date du 170ème anniversaire de la première apparition à Lourdes. En Marie en effet, une forme inouïe de maternité est désormais à l’œuvre. Elle est Mère de Dieu, mère du Dieu fait homme, mais aussi mère de Dieu en l’homme, mère des hommes, des vivants. Proclus de Constantinople, au 4ème siècle chante ses louanges : « Pont unique entre Dieu et les hommes ; stupéfiant métier à tisser de l’incarnation, sur lequel la tunique de l’union des natures divine et humaine s’est trouvée admirablement tissée : L’Esprit Saint en fut le tisserand. »

       Maternité, mystère d’indicible profondeur ! L’enfant grandit dans le sein d’une femme, tissé de sa chair, « chair de sa chair et os de os ». Il vit la vie même de la mère, mais est déjà une vie en soi, totalement dépendante mais absolument nouvelle. Venant au monde, l’enfant grandit la femme qui l’a porté, élève au rang de mère celle qui l’élève. Mystère de maternité plus indicible encore, lorsque Celui qui est conçu, l’est par la fécondité de l’Esprit Saint, Jésus de Nazareth, vraiment Dieu et vraiment homme. Fils de Dieu et fils de Marie, il élève celle qui l’élève à la dignité de Mère de Dieu. Dante Alighieri, dans la Divine comédie la chante : « Vierge Mère, fille de ton Fils, humble et élevée plus qu’aucune créature, terme fixe d’un éternel conseil, tu es celle qui tant a ennobli l’humaine nature, que son auteur ne dédaigna point de s’en revêtir. »

       A Lourdes, Marie s’est présentée à Bernadette comme l’Immaculée conception. Non seulement celle qui a été conçue immaculée, pour donner chair au Fils de Dieu, mais celle qui est la conception immaculée même, la manière immaculée de concevoir, par l’action de l’Esprit Saint, en accueillant la parole de l’ange Gabriel. C’est à ce mystère inouï de conception et de gestation que nous invite l’année 2020. L’Église est une mère en constante gestation, qui enfante à la foi, qui engendre le Christ en nous. L’annonce de l’Évangile, la prédication, est semence de l’Esprit Saint, capable de féconder le cœur consentant, à l’image de la Vierge Marie. Cette Vie grandit au sein même de notre propre vie, mais est aussi une vie totalement nouvelle. Le Christ conçu en nous, nous élèvera à notre véritable dignité de fils de Dieu, émerveillés de cette maternité en nous. « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. » (Lc 8,21) Comme les bergers, nous « glorifierons et louerons Dieu pour tout ce que nous aurons entendu et vu, selon ce qui nous avait été annoncé. » (Lc 2,20)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *