Une paroisse 2.0 après le Covid 1.9 ?

Vous êtes paroissien de Cronenbourg ?
Prenez quelques minutes pour lire ce mail.

Le Covid 19 a eu raison de la moitié des grandes échéances programmées de notre vie paroissiale : triduum pascal, fête de la Communauté de paroisse et fêtes patronales, moments conviviaux à ces occasions, premières communions, mariages, etc. Cependant, durant la période de confinement, sous la pression de la nécessité, de nouvelles initiatives ont vu le jour : réseaux de contacts téléphoniques, « un jour… une parole » sur Youtube, liturgies dominicales domestiques, rencontres de catéchistes et d’enfants en visioconférence sur zoom, cénacles en préparation à la Pentecôte, etc. Vous avez été très nombreux à réagir, remercier, encourager. Soyez-en remerciés.

UN DISCERNEMENT
La parole du livre du Deutéronome de dimanche dernier nous appelle à une intelligence de ce que nous avons traversé dans le désert du confinement :
« Souviens-toi de la longue marche que tu as faite pendant quarante années dans le désert ; le Seigneur ton Dieu te l’a imposée pour te faire passer par la pauvreté ; il voulait t’éprouver et savoir ce que tu as dans le cœur : allais-tu garder ses commandements, oui ou non ?
Il t’a fait passer par la pauvreté, il t’a fait sentir la faim, et il t’a donné à manger la manne – cette nourriture que ni toi ni tes pères n’aviez connue – pour que tu saches que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur. » (Dt 8, 2-3)
Il ne s’agit donc, ni de recommencer comme avant, ni de prolonger ce qui s’est fait pendant le confinement, mais de discerner l’appel du Seigneur, sa parole dans cet événement. « Celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’Esprit dit aux Eglises. » (Ap 3, 22)

UNE QUESTION
Quelle faim et quelle soif ai-je senti monter en moi durant cette période, et qu’est-ce qui pourrait, dans notre vie paroissiale, y répondre ?
Quelles seraient mes attentes personnelles, pour pouvoir m’alimenter au Christ, lui qui s’est fait pour moi aliment de vie éternelle ?

Il ne s’agit ni d’inventer des choses pour les autres, ni de refaire l’Eglise, ni d’échafauder de belles théories sur ce qui devrait ou pourrait être, mais d’un écho, d’un retour profondément personnel. Peut-être permettra-t-il d’ajuster la vie paroissiale au réel de nos besoins et de l’amour de Dieu pour nous.

Votre contribution peut se faire par retour de mail dans l’onglet « Nous contacter » du site.

Fraternellement en Christ

Pierre ABRY, curé